Nouvelles et romans

mercredi 23 novembre 2011

La lettre au Père Noël

Nouvelle rédigée le 18/11/2010.


Chère Père Noël, J'et ai était bien sage cet année, et j'ai appris mais lesson, même si j'est du male avec l'orthographe. J'aispére que j'aurait comme même se que je voudré poure Noël. Aporttez-moi Aportez-moi le dvd colectore des simesonne sil vous plé, et fete que je soit meyeur en orthograf orthographe pour plu que Papa et Maman sois triste. Bisous, Valentin. 

Les parents de Valentin se regardèrent en souriant, tout émus par la lettre bourrée d'erreurs de leur cher petit. Comment lui en vouloir, quand il faisait tout ce qu'il pouvait pour progresser ? Pauvre petit, ses efforts demeuraient vains... 
"Nous devrions lui dire que Noël ne changera rien à ses problèmes, déclara le père, fermement. Autrement, il va être si malheureux le jour de Noël ! 
- Il ne nous croira pas, chéri. Son cerveau est ainsi fait qu'il ne nous croira pas.
- Il faut le lui dire quand même." 


Ensemble, il se rendirent dans la chambre de Valentin. L'enfant était assis près de la fenêtre, les yeux grand ouverts sur les illuminations colorées de la ville en fête. Un chant de Noël plein de fraîcheur emplissait la pièce. En entendant la porte s'ouvrir, il tourna la tête et eut un sourire pâle à l'adresse de ses parents. Sa mère, comme toujours lorsqu'elle l'avait sous les yeux, sentit les larmes lui gonfler le coeur : le pauvre enfant était si amaigri, si faible ! Sa tête surtout faisait peur à voir : elle paraissait trop lourde pour son cou frêle, malgré les joues creuses, les cernes profondes, les pommettes saillantes. 


L'enfant était malade, très malade : une tumeur au cerveau, dans la zone métalinguistique, l'empêchait de bien écrire, et suite à cette tumeur, une hydrocéphalie s'était déclarée. Aussi les lieux ressemblaient à une chambre d'hôpital. 
"Valentin, mon petit..., commença-t-elle. Mais il lui était impossible de poursuivre, tant l'émotion la tenaillait. - Valentin, poursuivit son mari, nous avons lu ta lettre au Père Noël. C'est bien joli, ce que tu lui demandes, mais il ne pourra pas t'accorder la guérison, tu sais ! 
- Pas vrai ! Le Père Noïel... le... Le Père Noël peut tout offrir ! 
- Non, fiston. Pas tout. La guérison, c'est le docteur qui te l'apportera.
- Le Père Noël est plus fort que le docteur, Papa. Il me guérira avant !"
Ses prunelles trop grandes, dans ce petit visage ravagé par la chimiothérapie, brillaient d'une telle foi en ce qu'il disait que son père abandonna. Il adressa un sourire à son fils, attira à lui la tête chauve et embrassa le front pâle de Vincent. Sa mère lui envoya un baiser du bout des doigts, et ils sortirent en catimini. 


Le soir du réveillon, en s'endormant, Vincent était confiant. Il savait que le Père Noël viendrait ! Le jovial barbu rouge lui apporterait son DVD, puis il le prendrait sur les genoux et lui demanderait s'il voulait caresser les rennes ; alors il accepterait, et le renne qui était en tête de l'attelage poserait son nez sur la tête de Vincent ; et Vincent serait guéri ! C'est la tête pleine de cette pensée qu'il sombra dans les rêves - des rêves d'espoir, de guérison, ou le rouge et le blanc envahissaient tout - le rouge chaleureux du réconfort et le blanc froid de la neige.


Le lendemain matin, quand sa mère entra dans la chambre pour le réveiller, elle comprit. Le silence était trop profond... Elle approcha, doucement, de son fils étendu sous les draps. Entre ses paupières mi-closes, et sur le léger sourire qui détendait ses traits enfin apaisés, elle pouvait lire : "Je te l'avais bien dit, maman ! Le Père Noël m'a guéri."

17 commentaires:

  1. comment c'est trop pas bien de faire quelque chose de triste sur nowel. enfin, triste et heureux en même temps. Enfin, triste quand même.

    grmbl.

    VILAINE !!

    (mais c'est chuper bien écrit ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Mais si c'est bien ! Ca permet de se rappeler que les gens ne passent pas tous un Noël heureux... Enfin, dans le texte, ça dépend qui. Valentin est content, ses parents, moins.

    RépondreSupprimer
  3. oh c est très beau!je suis toute ému, ça me tire les larmes. Merci pour la belle fin, une fin qui nous dit que croire, l espoir éloigne la maladie
    bise

    RépondreSupprimer
  4. Merci Prisca ! C'est vrai, l'espoir peut beaucoup.

    RépondreSupprimer
  5. Noël n'est pas gai pour tout le monde ,
    Je n'occupe bénévolement d'une association pour aider les SDF , on va essayer de faire quelque chose pour les fêtes , mais ça dérange tellement de monde , à croire qu'ils sont Pestiférés
    Joliment écrit
    Douce et agréable journée Eryndel
    Bisous
    TIMILO

    RépondreSupprimer
  6. Cela dérange les gens, c'est vrai... et du coup, ils essaient d'ignorer cette réalité pour ne pas être dérangés par leur conscience. C'est un beau geste que tu fais là, dis-moi !

    Amitiés

    RépondreSupprimer
  7. Une nouvelle très émouvante!
    Merci pour ce partage
    Bonne soirée
    Bisous
    Almaya

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir mon amie,
    Je viens te saluer ce soir , le coeur triste et les larmes à l'oeil.Dora nous recommence comme avant ses visites au véto.C'est à dire : plus mangé (elle me refuse d'ouvrir sa bouche ou rejette la pâté),plus boire et elle respire mal.Elle s'étouffe souvent.Ca fait mal de la voir ainsi mais on peut pas tenir nous véto plusieurs fois,on a pas les moyens et on a des projets aussi à faire.Je te dis à Lundi soir.Bisous.

    Gif de Jardinduciel sur Centerblog.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Prinprenelle,
    Courage ! Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, surtout vu son état, la pauvre... C'est triste qu'elle rechute comme ça.
    Tiens-moi au courant. Je croise les doigts et je pense très fort à Dora.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Eryndel que c'est beau et émouvant et oui le jour de noël le malheur ne fait pas de trêve
    Heureusement que j'ai toujours une boite de mouchoir pas trop loin de moi

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. C'est super triste mais tellement réaliste. L'impossibilité des parents à aider leur fils est flagrante dans un sens le cadeau de Noël c'est peut être la fin de leur souffrance et de celle de leur fils. Sans solution scientifique, seule la mort pouvait libérer ce garçon.

    La fin est-elle vraiment triste, elle n'était que la solution et la finalité inéluctable.

    Ton texte m'a rappelé "Vivre à corps perdu" de Robert Murphy, on se sent bizarre lorsqu'on lit de tels écrits.

    RépondreSupprimer
  13. Pour moi, la fin est heureuse pour cet enfant, c'est le reste de l'histoire qui est triste, en effet.
    Je vais essayer de trouver "Vivre à corps perdu", si tu me le recommandes. J'aime bien les textes de ce genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve ce conte très très bien écrit et la fin est une fin heureuse
      Il devrait cependant avoir une suite

      Supprimer
  14. Vraiment ? Il faudra que j'y réfléchisse, alors...

    RépondreSupprimer